St Mary’s Boatyard: Travaux d’entretien du bateau

notre voilier est hissé hors de l'eau

notre voilier est hissé hors de l’eau pour les travaux d’entretien à St Mary’s Boatsyard

Un des aspects négatifs d’être propriétaire de bateau est qu’on est responsable de l’entretien de son voilier. Et soit on a un gros portemonnaie, soit on est prêt à faire les travaux pénibles soi-même. Nous réalisons nos travaux d’entretien du bateau cette année à St Mary’s Boatsyard, Nous réalisons nos travaux d’entretien du bateau cette année à St Mary’s Boatsyard, en Georgie, USA..

Pelicans sur une balise

Pelicans sur une balise entre St Simons Island et St Mary

St Mary Boatsyard

Notre budget n’étant pas très élevé, nous devons donc réaliser les travaux d’entretien de notre voilier nous-même. Il devient de plus en plus difficile de trouver un chantier qui permette le « do it yourself ». Nous avons finalement trouvé un chantier à St Mary, le St Mary’s Boat Services, à environ à une journée de navigation de notre marina de St Simons Island.

St Mary's Boatsyard: travaux d'entretien de notre voilier

Ensuite il y a toujours un grand moment de stress quand le bateau doit être sorti de l’eau avec la grue puis transporté sur le chantier. A St Mary’s Boatsyard tout s’est super bien déroulé. Il y avait 3 personnes pour nous aider à placer le bateau sous la grue. Puis Rocky (le propriétaire de St Mary’s Boatsyard) a hissé le bateau hors de l’eau. Puis il l’a lavé avec un jet à haute pression afin d’enlever la vase et les algues.

La seule chose à laquelle il faut faire attention, c’est qu’il faut juste arriver avec la marée, sinon on ne peut pas entrer dans le bassin où il y a la grue.

Voici les premiers travaux que nous avons réalisés sur le chantier de St Mary Boatsyard

Notre voilier sur le chantier de St Mary's Boatsyard

Notre voilier sur le chantier de St Mary’s Boatsyard

Repeindre le fond du bateau

Notre voilier est plus lourd que ce que l’on pensait et nous avons dû rehausser une deuxième fois la la ligne de flottaison. Willi a donc poncé le haut du bateau juste en dessus de l’ancienne ligne de flottaison pour enlever la partie oxydée de l’aluminium afin de pouvoir mettre la première couche de peinture (primer, peinture à deux composé blanche). Pour ma part, j’ai poncé la partie inférieure du bateau pour enlever les coquillages.Heureusement nous avions fait nettoyer le bateau par un plongeur 5 jours auparavant et il avait déjà enlever la majorité des coquillages.

Poncer pour enlever l'oxyde de l'aluminium

Poncer pour enlever l’oxyde de l’aluminium

Poncer pour enlever les coquillage sous la coque du bateau

Poncer pour enlever les coquillage sous la coque du bateau

Nous avons ensuite mis 3 couches de peinture de fond blanche (primer) puis une première couche de peinture « antifouling » Trilux 33 verte lorsque la peinture blanche était encore humide. Malheureusement nous avions acheté des rouleaux  à peinture en Martinique qui se dissolvaient dans la peinture. Il nous a fallu 15 rouleaux pour étaler la peinture blanche ! Heureusement des voisins nous ont donnés 3 rouleaux afin que nous puissions finir ce travail. Le lendemain une voisine m’a emmené en voiture pour aller acheter des nouveaux rouleaux.

Puis nous avons peint une première couche de peinture antifouling verte sur tout le bateau. Là aussi une mauvaise surprise : la peinture que nous avons acheté aux USA est très peu fluide. Il nous faut beaucoup plus de peinture que prévu… Nous avions déjà commandé la peinture pour l’année prochaine (il sera difficile de la trouver dans le Pacifique). Nous avons donc demandé à Dan, un voisin de la marina, s’il pouvait nous apporté ces boites de peinture afin de pouvoir appliquer une deuxième couche. Nous serons donc au moins jusqu’à dimanche au chantier de St Mary Boatsyard.

Changer l’huile et l’anode de notre hélice

Nous avons aussi fait une vidange de l’huile de notre embrayeur. Quand on est sur le chantier il est possible de mieux vider celle-ci par en bas (l’huile descend, donc on peut vider le tout) plutôt que de la pomper vers le haut.

Puis nous avons remis de la graisse à notre hélice et changé l’anode. Notre anode sur l’hélice du moteur avait en effet été  détruite à 80%.

Ancienne anode

Ancienne anode sur l’hélice du moteur après 14 mois dans l’eau salée

Nouvelle anode

Nouvelle anode

Nettoyages

Une des bouteilles de Grotamar (le truc puant que l’on met dans le Diesel pour éviter les bactéries) s’était déversée dans notre cale. Même si nous avions essayé de nettoyer dès que nous avions vu le problème, les différents caissons de la cale ayant un trou pour pouvoir vider l’eau en cas de besoin, il y avait du Grotamar partout. Nous avons donc passé quelques heures à frotter (la tête en bas dans la cale) pour essayer d’enlever ce produit de malheur.

Nous avons aussi découvert qu’il y a avait encore des cristaux de sel de notre traversée en direction de Mindelo au fond du bateau. C’est impressionnant comme le sel attaque l’aluminium et comme celui-ci change de couleur. Là aussi, il a fallu pour commencer vider tous les morceaux de bois et d’aluminium que nous avions au fond du bateau. Puis brosser chaque pièce et rincer à l’eau douce et laisser sécher. Bien entendu, lorsque nous avions tout dehors, il s’est mis à pleuvoir.

Sortir tout le matériel du bateau pour laver la cale

Sortir tout le matériel du bateau pour laver la cale

Nous allons donc passer environ une semaine sur le chantier afin de finir tous les travaux d’entretien nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code