Floride, le pays des gens riches et des manatees

Notre voilier vela dare dans le port de Las Olas, Fort Lauderdale, Floride

Nous avons quitté la Géorgie pour aller en Floride, le pays des manatees (lamantins) et des gens riches…

En direction de la Floride

Le vendredi soir nous avons reçu notre peinture tant attendue. Nous sommes donc partis le samedi matin 10 novembre de St Simons Island vers la Floride. Avec le fond repeint et propre, notre voilier vela dare avance bien plus vite. Nous avons même dû mettre un ris  (diminuer la grande voile) en pleine nuit car le vent forçait de plus en plus et que nous ne voulions pas arriver à Fort Pierce de nuit. En fait, le vent aurait été idéal pour aller directement aux Bahamas, mais comme notre éolienne ne fonctionnait toujours pas, nous devions aller chez  le distributeur des éolienne Silent Wind à Fort Lauderdale, en Floride.

Le matin peu avant Fort Pierce il y a eu des orages et le vent a tourné et est venu du sud, soit à contresens pour nous. Tant qu’à faire, s’il faut utiliser le moteur, autant prendre le canal Intracoastal Waterway (ICW). Ceci permet d’avoir toujours quelque chose à regarder sur les berges.

Floride, le pays des manatees

Floride, le pays des manatees

ICW entre Fort Piere et Fort Lauderdale

Nous avons fait un premier arrêt à Peck Lake. Un mouillage idyllique où on entendait juste le bruit des vagues et les oiseaux. Malheureusement, pendant la nuit le vent a disparu et les gnats sont arrivés. Ce sont d’horribles mini bestioles qui piquent et qui passent à travers les mailles de la moustiquaire. Les piqures démangent pendant 4 jours après…

Le canal de l’ICW à cet endroit est encore très sauvage et nous avons vu un manatee, enfin nous avons juste vu la tête d’un manatee pendant quelques secondes. Les manatees, ou lamantins en français, sont aussi appelés les vaches marines car ils broutent  les algues. Partout il y a des panneaux qui demandent de circuler à vitesse réduite et de ne pas faire de vagues pour ne pas déranger ces animaux (faire un double click sur la photo en dessous). Cette demande n’est pas vraiment respectée et on s’est souvent fait dépasser par des bateaux à moteur, même si on a vu un sheriff faire arrêter un bateau à moteur qui allait trop vite.

Panneau demandant de réduire la vitesse pour éviter les manatees

Panneau demandant de réduire la vitesse pour éviter les manatees

Nous avons fait un arrêt à Lake Worth, juste au nord de West Palm Beach. Nous avions prévu de rester à West Palm Beach dans une marina deux nuits et de louer une voiture pour aller à Fort Lauderdale faire réparer notre éolienne. Mais quand on a vu les prix des Marinas à West Palm Beach et le prix de location de la voiture, nous avons décidé de continuer jusqu’à Fort Lauderdale. L’avantage de Fort Lauderdale est que c’est un peu plus au sud et ainsi l’angle de navigation pour traverser le golf stream pour aller aux Bahamas est meilleur. On savait qu’il n’y avait presque pas de places de mouillage à Fort Lauderdale et que nous devrions sûrement rester dans une marina, mais on avait peur que notre éolienne ne soit pas réparable en 1 jour et que nous devions aller 2 fois à Fort Lauderdale en voiture. Nous avons donc réservé dans la marina de Las Olas pour 4 nuits à Fort Lauderdale en espérant que le vent tourne en début de semaine afin que nous puissions quitter rapidement Fort Lauderdale pour les Bahamas.

Floride, le pays des gens riches

Floride, le pays des gens riches

Entre West Palm Beach et Fort Lauderdale, le canal ICW est bordé d’habitations. Il y a des superbes villas avec des bateaux à moteur luxueux. Willi a constaté que ce genre de bateaux coûtent quelques millons… C’est sympa de pouvoir voir dans les jardins des riches depuis notre voiler. A d’autres places il y a des immeubles pour les gens un peu moins riches avec balcons et  piscine commune.

Cette partie du canal a aussi de nombreux ponts et ceux-ci ouvrent généralement à heure fixe toutes les 30 minutes. On a dû pousser le moteur de vela dare à fond (7.2 nœuds !) pour pouvoir réaliser les trajets entre les ponts. Il est en effet pénible et difficile de devoir attendre 25 minutes devant un pont quand il y a du courant, du vent et d’autres bateaux… Et certains jours nous avons passé sous 8-9 ponts.

 

Marina Las Olas, Fort Lauderdale, Floride

Marina Las Olas, Fort Lauderdale, Floride

Fort Lauderdale, la Venise américaine

La marina de Las Olas est une des marinas les moins chères de Fort Lauderdale, même si elle coûte 75 dollars par nuit pour vela dare. Et nous n’avons pas pris l’électricité qui coûte 15 dollars supplémentaires par nuit. On est juste à côté d’un pont et d’un chantier, donc c’est assez bruyant et il y a des vagues chaque fois que des bateaux passent.  Mais bon, nous avons décidé de profiter de nos derniers jours aux USA et de visiter la Venise américaine avec ces nombreux canaux. Mais pour commencer il fallait résoudre le problème de l’éolienne. Sans éolienne on n’arrive pas à produire assez d’électricité pour faire fonctionner notre nouveau frigo et tous les instruments de navigation de nuit… Nous avons donc pris un Uber (une sorte de taxi) pour aller chez Emarine. Quand on est arrivé, ils nous ont dit que le mécanicien n’était pas là ce vendredi, qu’ils n’avaient pas la pièce de rechange dont nous avions besoin et ne pouvaient rien faire tant que le chef n’était pas là. Il viendrait vers 13 heures et nous pouvions aller prendre le petit déjeuné d’ici là. Alors que nous avions exprès téléphoné auparavant pour expliquer ce dont nous avions besoin ! On a râlé puis l’employé a passé une demi-heure au téléphone pour organiser la réparation de notre éolienne. Il nous a promis que celle-ci devrait être réparée d’ici la fin de l’après-midi.

Nous avons donc repris un Uber pour aller dans les 5 autres magasins de matériel nautique. Pendant les deux jours de navigation  en mer avec le vent d’est nous avions beaucoup de vagues à tribord (sur le côté droit) et de l’eau salée est entrée dans le tuyau de sortie de la douche (il est placé en dessus de la ligne de flottaison et jusqu’à présent on n’avait jamais eu d’entrée d’eau)… On avait donc besoin de matériel pour réparer ceci et c’est chaque fois très compliqué de trouver les bons raccords de soupapes et tuyaux et faire les calculs entre inchs et mm et autres indications de diamètre. Vendredi à 16h notre éolienne était prête. Ils ont changé une pièce qui était complétement rouillée (si, si, dans un appareil à près de 2000 frs qui est soit disant en inox…) et remplacé un joint. Bon, on a payé 40 dollars de supplément pour une réparation express, mais c’est moins que les coûts de Uber si on avait dû revenir la semaine prochaine…

Finalement, pour fêter ceci, on a encore été boire un verre sur la plage. Ici en Floride l’eau est bleue et plus brune comme en Géorgie. Cela faisait très longtemps que nous n’étions plus sortis dans une rue touristique animée. On a passé un bon moment à regarder les gens passer : les uns habillés chics pour des soirées et les autres habillés pour la plage. Ça c’est un avantage d’avoir le bateau dans une marina dans une ville et de pouvoir ainsi sortir le soir.

Fort Lauderdale Beach, Floride

Fort Lauderdale Beach, Floride

Le samedi nous avons pris le « sun trolley » pour aller dans la région de « New River ». C’est un coin très sympa avec un parc, une esplanade, des bistrots et des restaurants. Nous sommes revenus à pied et avons admiré les immenses maisons, avec voitures et bateaux de luxe, le long des canaux. Certaines des maisons ont déjà leur décorations de Noël.

Les canaux de Fort Lauderdale

Les canaux de Fort Lauderdale

Puis a commencé la partie moins sympa de la journée. Il fallait en effet remonter notre éolienne. Et ce ne fut pas facile car il y avait beaucoup de vagues. Willi n’arrivait pas à brancher les fils électriques et à tenir l’éolienne en même temps en haut du porte-appareil. On a donc empilé des coussins sur le panneau solaire pour surélever l’éolienne afin qu’il puisse brancher les fils électriques. Quand il était en train de visser l’éolienne sur le mat, un des coussins s’est envolé et est tombé à l’eau et j’ai dû courir avec une perche sur un autre ponton pour aller le récupérer avant qu’il se fasse emporter trop loin par le courant. Bon, finalement notre éolienne fonctionne, maintenant il reste encore la problématique de l’eau salée dans la douche, de la pompe pour laver le pont qui tourne mais qui ne crache pas d’eau et du niveau du réservoir à diesel qui indique tout sauf la quantité de diesel restant dans le réservoir…

Une météo capricieuse

On voulait du vent du nort pour nous pousser vers le sud et on a eu du vent du sud. Entretemps la météo annonce de nouveau du vent du nord où de l’est pour toute la semaine prochaine alors que nous aimerions du vent du sud ouest pour faire la traversée vers les Bahamas. On ne peut donc pas traverser le golf stream s’il y a du vent du nord. Le golfstream va en effet vers le nord et si le vent est dans le sens contraire, des hautes vagues se forment. Il va donc falloir que l’on aille voir au mouillage de Lake Silvia s’il y a de la place car le prix de la marina est trop élevé et il n’y a pas de réduction si on reste plus longtemps…. Une autre option est de partir dans la nuit de lundi à mardi et de faire la traversée au moteur (14 heures…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code