Des Bahamas à la Floride

Entrée Halifax Marina

Nous avons passés les derniers jours aux Bahamas dans l’archipel des Berry Islands avant de naviguer vers la Floride.

C’est le cœur lourd que nous avons quitté les îles paradisiaques des Exumas pour naviguer vers Nassau. Mais il nous restait plus de 450 miles (presque 900 km) avant d’arriver à notre quartier d’été à Brunswick en Georgie.

Nassau

Les ports de plaisance à Nassau étant très chers, soit env. 4 dollars par pied (soit 150 frs pour vela dare), et comme nous n’avions pas envie d’aller en ville, nous avons passé la nuit au mouillage à Athol Island. Quand nous nous sommes réveillés il y avait des nuages et l’air était très lourd, sans aucun vent. Ceci ne nous donnait pas du tout envie d’aller arpenter les rues bétonnées et touristiques de Nassau. Nous avons décidé de continuer notre voyage vers le nord et on est parti au moteur vers l’archipel de Berry Islands.

Waterspout

Le temps était très orageux et on a même vu un « waterspout », une espèce de mini-tornade. Heureusement celle-ci s’est dissoute d’elle-même loin de notre voilier.

Mouillage Bonds Island

Après quelques orages nous avons été planter l’ancre derrière Bonds Island. L’eau était plutôt verte que turquoise mais nous avions cette jolie anse tranquille pour nous seuls (à part les moustiques).

Devils Cay

Le matin, après une première baignade, nous avons levé l’ancre pour aller derrière Devils Cay. Sans vent, nous avons utilisé le moteur pour les quelques miles à réaliser.  Là nous avons fait un peu de snorkling dans l’eau turquoise de cette baie et juste passé du temps à admirer la couleur de l’eau et apprécier la tranquillité de l’endroit.

Eau verte devant Great Harbour

Le lendemain nous avons décidé de naviguer jusqu’à l’abri de Great Harbour car un peu de vent d’est était annoncé et car on espérait faire quelques courses dans ce village. Malheureusement  il n’y a là que quelques mètres d’eau et beaucoup d’algues. Ceci  fait que cette eau est vert bouteille et que l’ancre glisse dans la vase, donc un mouillage pas du tout attrayant. Et finalement on n’a eu aucun vent, le mouillage était désert (donc pas de commissions), on s’est juste fait dévorer par les moustiques dans une chaleur étouffante. Même une baignade ne nous a pas rafraichit vu que l’eau avait 33°C.  Une dernière étape aux Bahamas bien décevante…

Comme un léger vent était annoncé pour lundi, nous avons décidé de commencer notre traversée vers les USA. Notre première intention était de naviguer à la voile le plus possible vers le nord afin de ne pas devoir après utiliser trop le moteur pour remonter l’Intracoastal Waterway jusqu’à Brunswick. L’intracoastal Waterway est un ensemble de canaux et rivières qui se trouve sur la côte est des USA et qui couvre plus de 4800 km de long entre la Floride et  Boston. Il permet de se déplacer à l’intérieur des terres ce qui peut être pratique en cas de tempête ou de vent contraire. L’eau est souvent peu profonde (de nouveau un avantage d’avoir un tirant d’eau de 1.20 m avec vela dare) et il y a de nombreux ponts ce qui fait que les gros voiliers à hauts mats ne peuvent pas l’utiliser.

Daytona Beach

Mais comme les météorologues n’annonçaient presque pas de vent, on pensait plutôt accoster plus au sud de la Floride, soit à West Palm Beach ou Cape Canaveral. Finalement on a eu du vent le lundi et avec le Golfstream vela dare avançait à plus de 8 nœuds ! Ainsi nous serions arrivé au milieu de la nuit à Cape Canaveral… nous avons donc décidé de continuer jusqu’à Daytona Beach et donc ainsi de passer une deuxième nuit en mer. L’entrée de Ponce de Leon Inlet avant Daytona Beach peut être difficile s’il y a du vent et des vagues mais entretemps le vent avait disparu et nous sommes entrés dans l’estuaire sans difficultés. Nous avons suivi l’Intracoastal Waterway jusqu’à Daytona Beach et avons été à la Marina d’Halifax. C’est un énorme contraste de se retrouver à suivre une rivière à l’eau brunâtre, au moteur, entourés d’habitations, après avoir passé un mois dans des îles presque désertes avec de l’eau turquoise.

ICW (Intracoastal Waterway)

Comme chaque fois qu’on entre dans un autre pays, il fallait remplir les formalités douanières. Et c’est chaque fois une source de stress car les indications sont contradictoires et que cela nous oblige à aller dans des ports définis afin de pouvoir accéder aux bureaux de douanes. Un nouveau système permet de s’annoncer en Floride grâce à une application qu’on peut télécharger sur le téléphone portable (ROAM). Ce système n’est pas encore accepté partout mais nous avions lu sur le blog de Krassy que les douaniers de Daytona Beach acceptaient ce système.  Et en effet, nous avons envoyé le formulaire dûment rempli par téléphone et reçu un message nous indiquant de téléphoner aux CPB (custom and border protection). J’ai donc téléphoné au numéro indiqué et répondu à quelques questions (crew, numéro de cruising permit, destination) et ils nous ont donné l’autorisation d’entrer et de naviguer aux USA. Je dois simplement encore annoncer notre arrivée à Brunswick.

Nous avons réservé deux nuits dans la Halifax Marina afin de pouvoir faire les formalités douanières, faire le plein d’eau potable et aller enfin acheter des fruits et légumes. Il ne nous restait en effet plus qu’une seule échalote, tous les autres produits frais avaient été consommés plusieurs jours auparavant. Halifax Marina est juste à côté du « vieux » centre de Daytona Beach et nous en avons profité pour aller manger une pizza. Il n’y avait pas de vent et il faisait plus de 35°C dans le voilier donc on n’avait pas envie de chauffer encore plus en faisant de la cuisine. Par contre, dans le vieux centre de Daytona il n’y a pas de magasin d’alimentation. Par chance, Bill du voilier voisin nous a proposé de nous emmener faire des commissions avec sa voiture. Bill a beaucoup voyagé et a pris plaisir à discuter avec nous et à nous faire découvrir les différents magasins d’alimentation américains. Après avoir nettoyé le bateau du sel et du sable, je suis allée m’occuper de la lessive (une montagne, après 5 semaines). Willi a eu la tâche ingrate de devoir changer la valve des WC (il est interdit de jeter les matières fécales dans la rivière et les eaux noires doivent être pompées puis traitées dans les ports). Puis il a  démonté et nettoyé  la pompe des WC qui nous posait des problèmes depuis plusieurs semaines. Les sanitaires du port et surtout la douche ont été très appréciés après…

Comme le vent est toujours absent, nous avons décidé de continuer vers le nord en suivant l’intracoastal Waterway et de ne pas retourner en mer.

Une réflexion au sujet de « Des Bahamas à la Floride »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code