Dilemme au paradis

Highbourne, Exumas, Bahamas

Nous avions prévu de passer un mois aux Bahamas puis de continuer vers le sud et le canal du Panama. Et bien, ce plan doit être changé.

Nous avons en effet prolongé notre visa pour les Bahamas de 4 mois et nous ne savons pas ce que nous allons faire pendant les prochains mois.

En haut du mat

Lorsque nous étions dans la baie devant Royal Island nous avons discuté avec Jochen d’Arcadia et avons constaté que les deux derniers mats de ses bateaux avaient aussi été construits par Hans Georg Gross, comme le mat de vela dare.  Lorsque nous avons descendu le génois de vela dare à St Simons, nous avions constaté que la drisse de génois (la corde qui tient la voile avant en place en haut du mat) était très abimée, presque rompue en deux. Nous ne nous étions pas fait trop de soucis, nous avons en effet une deuxième drisse dans le mat et depuis peu un nouvel enrouleur avec une deuxième voile avant. Willi avait eu contact avec Hans Georg qui lui avait indiqué plusieurs causes possibles. La plus plausible étant que la corde avait été coincée lors du transport du mat de la Suisse à la France. Nous avions donc coupé le bout abîmé de la drisse et nous prévoyions de la contrôler après quelques centaines de miles.

notre drisse de génois est bien abîmée

notre drisse de génois est bien abîmée (état lorsque nous avons descendu le génois à St Simons)

Le fait d’avoir cette drisse abîmée comme cela ne plaisait pas du tout à Jochen, il ne trouvait pas de raison plausible à ceci. Il nous a donc prêté sa mini-caméra et j’ai hissé Willi en haut du mat. Là Willi a glissé la caméra dans le mat afin que nous puissions voir à l’intérieur de celui-ci. Après plusieurs films, il semble que 3 des 4 cordes à l’intérieur du mât râpent contre la barre de soutient du mât. Et la problématique de la drisse de génois était à nouveau là : le ruban adhésif que nous avions fixé sur notre drisse de génois afin de la protéger était à nouveau abîmé et ceci seulement après quelques jours de navigation. Suite aux explications de Jochen, nous avons aussi compris pourquoi ceci peut être fort dangereux. En effet, si la drisse casse, le bout qui est dans le mât descend dans le mât et avec les vagues s’emmêle autour des autres cordes. Ainsi il devient alors impossible de bouger toutes les voiles car toutes les cordes passent par le mât ! Une très mauvaise nouvelle…. Willi a donc envoyé des images de la situation dans le mât à Hans Georg Gross afin d’avoir son avis sur les possibilités de réparations.

Le long de la côte ouest d’Eleuthera

En attendant une réponse de Hans Georg, nous avons navigué le long de la côte d’Eleuthera. Nous avons fait un arrêt à Rainbow Cay et à Ten Bay Beach. Comme nous avons eu souvent un temps nuageux et que le vent tournait sans arrêt, nous n’avons pas eu les meilleures conditions pour profiter de cette partie de l’île. Nous avions entendu beaucoup de bien des plages d’Eleuthera mais pour nous les plages des Exumas sont plus belles.

Blue Hole, Rocky Sound, Eleuthera, Bahamas

Finalement, nous sommes arrivés à Rocky Sound, tout au sud d’Eleuthera. Là nous avons fait prolonger notre visa à l’aéroport à l’autre bout de la baie. Heureusement que notre nouveau moteur de dinghy fonctionne bien, car nous avons dû faire le trajet deux fois. La première fois nous n’avions pas pris l’ancre et il était impossible de s’amarrer au ponton près de l’aéroport sans ancre. Le deuxième jour, nous avons été voir les deux lieux touristiques de Rocky Sound , soit le « Blue hole » et la grotte. Le Blue Hole nous a déçu, cela ressemble simplement à une mare même si ce fameux trou doit être alimenté à des centaines de mètres de profondeur par l’eau de l’océan. Par contre nous avons été impressionnés par la grotte avec ses chauves-souris et les racines des arbres qui y pendent comme des lianes.

Grotte à Rocky Sound, Eleuthera, Bahamas

Grotte à Rocky Sound, Eleuthera, Bahamas

Après un passage au super marché (assez cher et assez bien achalandé) nous sommes revenu au bateau et avons été planter l’ancre à l’autre bout de la baie où il y avait moins de houle. Nous avons passé la journée suivante à faire des travaux de réparation et d’entretien. Frustrant d’avoir un nouvel enrouleur et une voile déchirée après 2 jours… Nous avons donc descendu la voile et Willi a sorti la machine à coudre et a réparé la voile de notre petit génois. C’est une vieille voile et il y avait une déchirure juste à côté d’un ancien patch de réparation. Espérons que cela tienne… De plus nous avons mis en marche notre désalinateur  afin de produire de l’eau douce et retendu les galhaubans  (les cables qui fixent le mat sur les côtés du bateau).

Dilemme au paradis

Nous avons reçu une réponse de Hans Georg Gross qui nous propose de nous envoyer du matériel de réparation. Mais la question est de savoir où faire envoyer celui-ci. Aux Bahamas nous n’avons pas d’adresse et les colis restent coincés plusieurs semaines à Nassau. Nous aurions une adresse en Jamaique mais là nous n’avons aucune indication sur le temps de transport ni sur les tracasseries douanières. Au Panama il faut payer 100% de taxes sur toutes les pièces et les formalités douanières sont compliquées et nous ne sommes pas sur de pouvoir faire le trajet jusque là-bas sans casser la drisse de génois. Les 3 solutions impliquent des semaines où même des mois d’attente avant de recevoir le colis… Une alternative serait de faire envoyer le colis à Miami aux USA. Willi pourrait rester sur le bateau à Nassau et je prendrais le ferry pour aller chercher le colis en Amérique. Une solution bien compliquée aussi et pas bon marché non plus… Il reste donc que l’alternative qui consiste à ce que Willi se fasse aider par Jochen et fasse les réparations avec les moyens du bord. Mais ceci signifie aussi qu’il faut installer un nouveau système en haut du mat afin que Willi puisse être assuré en haut du mât. En effet on utilise normalement la drisse de la grande voile et la balancine pour hisser Willi en haut du mat mais justement ces deux cordages doivent être déplacés… Et ensuite en haut du mat, il faut sortir les cordages, dévisser les pièces, remettre les cordages et ceci sans rien laisser tomber. Il est donc impératif d’avoir une journée sans vent et une baie sans vagues. Ce qui actuellement est un grand vœu avec peu de chances de réalisation vu que nous avons plus de 25 nœuds de vent et que le prochain grain est annoncé pour la semaine prochaine… On va écrire un nouveau mail à Hans Georg Gross afin de recevoir des conseils et savoir si ce que nous prévoyions est vraiment réalisable…

Exumas

Nous avons quité Eleuthera pour les Exumas où nous espérons trouver une baie bien abritée pour les travaux en haut du mat. Nous sommes arrivés à Allan’s cay par temps nuageux et avons planté l’ancre entre les îles sans voir le fond du mouillage.  Nous avons passé une nuit bien agitée et mouvementée car le courant était contraire au vent et formait de grosses vagues. Nnous avons dû déplacer l’ancre pendant la nuit car à marée basse les vagues poussaient une de nos quilles contre un banc de sable que nous n’avions pas vu lorsque nous avions planté l’ancre. Le lendemain nous avons été voir les iguanes. Celles-ci n’ont aucune peur des nombreux touristes et sont bien dodues et très curieuses.  Moi, elles me font plutôt peur quand elles accourent à toute vitesse dans ma direction, un coup de queue doit faire bien mal…

Iguane à Allan's Cay, Exumas, Bahamas

Iguane à Allan’s Cay, Exumas, Bahamas

Puis sommes partis ver Highbourne. Après une visite très chère de cette île privée à vélo et en kayak, nous avons plantés l’ancre dans une baie de l’autre côté de l’île.

Highbourne, Exumas, Bahamas

Highbourne, Exumas, Bahamas

Des forts vents du sud avec des rafales de 40 nœuds sont annoncés pour les prochains jours et il n’y a que peu de baies qui sont protégées dans ces conditions. L’eau turquoise est magnifique mais toujours un peu fraîche. Nous attendons donc ici quelques jours que le vent se calme. Willi a ressorti sa perceuse pour monter une nouvelle attache pour l’ancre et écrit un nouveau mail à Hans Georg Gross pour notre mat, j’ai fait un gâteau et j’ai le temps de rédiger cet article et de vous souhaiter de joyeuses fêtes de fin d’année.

Météo: la noix de coco bouge beaucoup actuellement

Météo: la noix de coco bouge beaucoup actuellement

2 réflexions sur « Dilemme au paradis »

  1. Liebe Magali
    Lieber Willy

    immer wieder lese ich mir großem Interesse Eure Berichte.
    Ich wünsche Euch, wo immer ihr auch seid, und wo immer Euch eure Reise in den nächsten Monaten noch führen wird – alles Gute und Liebe für die Festtage und nächstes Jahr wieder volle Fahrt voraus rund um den Globus.

    Herzliche Grüsse

    Ruth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code