Deuxième semaine en Martinique

note voilier « vela dare » à Grande Anse d’Arlet

Pendant la deuxième semaine de vacances de nos amis en Martinique nous leur avons donné un aperçu de la vie au mouillage sur notre voilier vela dare.

Trois Ilets

Le premier jour, comme nous avions le vent qui venait de l’est, la majorité des anses avaient beaucoup de houle. Nous sommes donc allés pour commencer dans l’anse des « trois Ilets ». L’eau y est peu profonde et très verte. Nous en avons profité pour tester notre nouveau jouet : un canot gonflable pour deux personnes que nous avons acheté chez Décathlon.  Avec les vagues ce n’était pas si facile que ça, mais on n’a pas chaviré…

Lorsque Willi et Christian ont été faire un tour avec le dinghy, ils ont dû revenir à la rame. En effet l’hélice du moteur de notre annexe ne fonctionnait plus. Finalement ils ont trouvé que la pièce qui tenait l’hélice était cassée en deux. Je pense que nous l’avons cassée lorsque nous avons été à terre aux Tobago Cays et que nous avons touché un rocher avec le moteur. Après avoir changé cette pièce (par chance on en avait une de rechange dans le kit que nous avons reçu lorsque nous avons acheté le moteur), le moteur fonctionne de nouveau. Il semble même que Willi ai trouvé comment faire pour que le moteur ne se noie plus trop souvent…

C’était vraiment la journée des pannes de moteur, car on avait déjà constaté que notre embrayeur  de notre moteur du voilier peinait. Il faut en effet le faire tourner à plus de 2000 tours pour que l’hélice tourne. On se faisait du souci que nous ne puissions plus tout à coup embrayer notre moteur et que nous restions coincés au pire moment. Nous avons téléphoné plusieurs fois avec des spécialistes du port de «  Le Marin », écrit des mails pour recueillir des infos, plongé pour contrôler l’hélice, testé le débrayage à la main, contrôlé l’huile etc…  Finalement on a décidé de ne pas aller à « le Marin » chez le mécanicien car c’est tout au sud de l’île de la Martinique et que Michèle et Christian devaient prendre leur avion depuis « Fort de France ». On a décidé de rester plus proche de l’aéroport et de réparer l’embrayage après leur départ.

Le déplacement de vela dare au mouillage

Nous sommes donc allés au mouillage à la Grande Anse d’Arlet. On a finalement trouvé un petit coin de sable pour jeter notre ancre et on a mis plus de 35 mètres de chaine. En effet avec la houle, le courant et le vent notre voilier vela dare bouge dans un radius de plus de 25 mètres…  Le matin on regardait vers le nord et le soir vers le sud…. Le deuxième jour, le matin,  nous avons ressorti et remis l’ancre car nous étions trop proche d’un autre voilier (on voit bien les deux demi-cercles effectués par vela dare sur l’écran du plotter). Les autres bateaux bougeaient aussi beaucoup mais moins. La majorité des voiliers étaient des « voiliers au long cours » et non plus des catamarans de location. Ceux-ci ont généralement une chaine de 10 mm et pas de 8mm comme nous et dans ces conditions on a vraiment vu la différence.  Et cette anse, comme toutes les anses que nous avons vu jusqu’à présent en Martinique est aussi très pleine et les bateaux sont très proches les uns des autres.

Vue sur les anses d’Arlet

Depuis la Grande Anse d’Arlet on peut prendre un chemin pour longer le cap et aller à l’anse suivante, « les Anses d’Arlet ». Il faut compter environ une heure de marche, pas si long que ça mais le soleil tapait dur et il y a plusieurs montées et descentes dans les cailloux. La vue quand on arrive sur la baie est splendide. Après une baignade et une glace, nous sommes revenus en longeant la route, pour ceci il faut moins de 15 minutes de marche.

Eglises des Anses d’Arlet

Nous avons passé 4 jours très tranquilles dans cette anse. Christian a tenté la pêche, Michèle photographiait, j’ai lu plusieurs livres, on a été faire un peu de snorkling, Willi et Christian ont lu toute la paperasse concernant le moteur pour essayer de comprendre d’où pouvait venir le problème… Sinon on a été mangé à midi dans deux restaurants au  bord de la plage et on s’est souvent baigné. C’est un vrai plaisir de pouvoir plonger dans l’eau turquoise directement depuis le voilier. Le soir on a dégusté des cocktails maison en admirant le coucher de soleil. On a eu droit à trois superbes couchers de soleil comme on en avait encore jamais vu dans les Antilles.

Le dimanche est très vite arrivé et on a remis le moteur en marche pour revenir au port de plaisance de « Etang Z’Abricot ». Et oui le vent venait cette fois du nord, donc impossible de naviguer à la voile à nouveau…

Trajet réalisé entre Grande Anse d’Arlet et le port de plaisance « Etang Z’Abricot »

Le lundi Michèle et Christian ont pris un taxi pour l’aéroport et on s’est retrouvé tout seuls. Cela fait bizarre après 5 semaines où nous avions eu du monde à bord. Mais la listes des  taches à faire nous attendait déjà : nettoyage du bateau, aller faire les courses (Carrefour est à une heure de marche car on n’a pas loué de voiture), faire la lessive, s’occuper de notre moteur, monter les instruments que Christian et Michèle nous ont apportés…. Nous avions déjà monté le nouveau mini plotter car il nous sert d’alarme lorsque nous sommes au mouillage (pour l’anecdote : malheureusement on n’entend pas la sonnerie d’alarme depuis notre cabine et c’est Christian, qui dormait dans le salon, qui devait nous réveiller lorsque l’alarme sonnait pendant la nuit…).

Nous allons donc passer quelque temps de nouveau dans le port de plaisance de l’Etang Z’Abricot jusqu’à ce que nous ayions réparé notre moteur. On attend des infos sur ce que nous pouvons faire (réparer nous-même? aller chez un spécialiste? achat de pièces de rechange?…) et on essaie de réaliser les taches de notre liste… On verra ensuite quand on quittera la Martinique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code